Loo Huy Phang et l’odeur des garçons affamés

By Jean-François Cadet Nous sommes en 1872, juste après la guerre de sécession, au moment d’une nouvelle vague de colonisation de l’ouest américain, à l’ouest du Mississipi, celle qui va s’attaquer aux derniers Indiens comanches qui résistent encore. Au début de l’album, on se dit que tous les ingrédients d’un bon vieux western sont réunis. Sauf qu’il s’agit d’un western singulier, dont les auteurs s’amusent à détourner les codes. Chaque personnage a quelque chose à cacher, et le lecteur se retrouve pris comme au lasso et traîné dans les méandres d’une histoire déroutante, envoûtante, sensible, mystérieuse, mâtinée de fantastique, et qui ébranle bien des idées reçues.  » L’odeur des garçons affamés », dessins de Frédérik Peeters, sur un scénario de Loo Hui Phang est paru chez Casterman.
Casterman publie également le premier numéro de  » Pandora » épais mook biannuel de 264 pages de nouvelles dessinées. Sous la direction de Benoît Mouchart on y trouve pêle-mêle des histoires de Katsuhiro Otomo et Art Spiegelman, des inédits de Blutch, Michel Pirus, Jean-Louis Tripp, Anthony Pastor, Florence Dupré La Tour, Killoffer, Ville Ranta, Alfred Bastien Vivès ou bien encore Matthias Lehmann. Un beau projet éclectique et original qui saura surprendre les lecteurs les plus novices comme les plus avertis.

Source:: rfiBD

      

LIRE  Grand Prix d'Angoulême : finalement, aucun des nominés ne veut de ce prix

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :