Projet La Case blanche : Dernière ligne droite

Bien souvent, un site ou un blog ayant pour sujet principal une création artistique a la double volonté de tenir informés ses lecteurs des dernières avancées du projet et d’expliciter les sources qui ont œuvré dans l’arrière boutique.

 

 

Reste que l’on parle peu des démarches menant de la création, à proprement parler, à sa publication. Dans le cadre d’une bande dessinée, plusieurs chemins sont possibles : la publication confidentielle fonctionne encore, le réseau d’amis également – même sans passer par Facebook, c’est dire ! – et puis ce qu’il serait bon de nommer « la voie normale ».
Pour avoir la chance de faire éditer une bande dessinée, il faut s’armer de patience car tous les éditeurs reçoivent énormément de dossiers chaque jour. Comme il s’agit de candidatures artistiques, il va de soi qu’il y a d’un côté le « canon » attendu et de l’autre le « coup de cœur » possible. La forme canonique d’un dossier – celle que nous cherchons ici à approcher au plus prêt – se compose d’un résumé de l’histoire, d’un séquentiel, de descriptions rapides des personnages principaux, de quelques planches « terminées » (entendez ici « qui correspondent à ce que les auteurs potentiels considèrent comme le rendu final de leur projet »), des esquisses de décors et de personnages. Le coup de cœur, on s’en doute, repose plus sur le choc émotionnel provoqué par la vision d’un dossier, fut-il canonique ou non. Bien évidemment un dessinateur a bien plus de chance d’être « repéré » qu’un scénariste – ce qui en dit peut être long sur une certaine perception de cet art, mais loin de nous la volonté de faire polémique.

 

A ce jour (sonnez trompettes!), nous entrons enfin dans la dernière ligne droite de la construction de notre dossier. Ensuite viendra la longue marche auprès des éditeurs…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :