Illustration

Fali mousso (Peau d’âne)

Peau-d'âne-Pl-6-bisRésumé : Mourante, une reine se fait promettre par le roi de ne prendre pour nouvelle épouse qu’une femme plus belle qu’elle. Mais la seule personne capable de rivaliser avec sa beauté n’est autre que sa propre fille, et le roi la demande en mariage. Pour échapper à cette union incestueuse et sur les conseils de sa marraine, la princesse demande à son père, pour sa dot, des robes irréalisables, mais il parvient toujours à les lui offrir. Elle lui demande alors de sacrifier son âne qui produit des écus d’or et le roi s’exécute. La princesse s’enfuit alors du château, revêtue de la peau de l’âne. Elle emporte avec elle sa toilette et ses plus belles robes. Le prince d’un autre royaume, où s’est installée Peau d’âne comme servante, la voit, mais il ne la reconnaît pas sans ses tenues de princesse. Il demande alors que Peau d’âne lui fasse un gâteau. En faisant la galette, elle laisse tomber sa bague dans la pâte. Le prince demande immédiatement que toutes les femmes et demoiselles du pays viennent essayer la bague. Aucune ne peut passer la bague. Enfin, on fait venir Peau d’âne. Son doigt entre dans la bague et le prince peut alors l’épouser.

Peau-d'ane-planche6-colo

Extrait Planche illustrée de “Falimousso” © Massiré Tounkara/Aurélie Dupin

Falimousso est une adaptation à la sauce africaine de Peau d’âne, conte populaire français dont la version la plus célèbre est celle de Charles Perrault, parue en 1694, puis rattachée aux Contes de ma mère l’Oye en 1697.

Falimousso : Adaptation Aurélie Dupin, Illustration : Massiré Tounkara

Peau-d'ane-planche16

Extrait Planche illustrée de “Falimousso” © Massiré Tounkara/Aurélie Dupin

Peau-d'ane-planche20-colo

Extrait Planche illustrée de “Falimousso” © Massiré Tounkara/Aurélie Dupin

Marifaden : projet de livre d’illustration

Ce conte et ses illustrations disent combien LA
PAIX est au-dessus de tout !…

livre-MarifadenEXE-6
Dans des pays dans le monde, des hommes font
la guerre… Notre pays lui-même a souffert…
… « La guerre n’est pas bien, disaient Saran
et Massaran. Seuls ceux qui ne la connaissent
pas osent la provoquer. Elle fait des mères des
veuves et de leurs enfants des orphelins… »

livre-MarifadenEXE-16
Si, au pays de Bazana, « même, les chiens et
les chats avaient cessé de se haïr et résolvaient
leurs différents par le dialogue… », sans attendre
que les confl its guerriers arrivent près de nous,
développons un esprit de paix avec ceux que
nous croisons, avec ceux qui partagent notre
vie !…

livre-MarifadenEXE-33
Ayons l’espoir que chacune et chacun, à notre
niveau, nous pouvons construire la paix !…